Google utilise-t-il des données sur le nombre de fois qu’un site est mis en signet dans Chrome comme facteur de classement ?

Je dois admettre que je n’avais pas entendu parler de celui-ci lorsqu’on m’a demandé de l’examiner. Et quand je suis allé chercher si Search Engine Journal avait déjà signalé cela dans l’historique de notre site, je n’ai rien trouvé.

Pourtant, il semble que cette question se soit posée au fil des ans et je vois encore des sites (de moindre qualité) perpétuer le mythe aujourd’hui.

Vous savez probablement où je veux en venir, alors allons-y ensemble.

L’affirmation : Chrome Bookmarks Data comme facteur de classement

L’un des principaux résultats Google liés à cette affirmation est un site qui indique :

« Google conserve l’enregistrement des pages mises en signet sur son propre serveur et l’utilise comme facteur de boost. Google collecte les données de navigation de l’utilisateur auprès de Google Chrome (sic).

Bien sûr, ce ne sera pas une affirmation difficile à classer, car c’est manifestement faux. J’espère en fait que cette pièce surpasse celle-là afin que personne d’autre ne perde son temps à chasser ce lapin blanc en particulier.

La preuve des données de signets Chrome en tant que facteur de classement

Il est vrai que Google a déposé en 2006 un brevet intitulé « Personnalisation de la recherche basée sur les profils d’utilisateurs et la personnalisation ». Cela apparaît sous le nom de « Signets et classement » dans Google Patents Search.

Bien qu’il ait été réaffecté en 2017 lorsque Google a changé la casse de son nom, son statut actuel est Abandonné.

Les citations de brevets nous donnent un aperçu de la façon dont d’autres ont pu utiliser les technologies présentées dans le brevet de Google « Personnalisation de la recherche basée sur les profils d’utilisateurs et la personnalisation ».

En 2004, par exemple, IBM a publié un brevet citant les travaux susmentionnés de Google pour son propre « Méthode, système et programme de classement des résultats de recherche à l’aide d’une pondération d’importance ». (Vous vous souvenez de WebFountain d’IBM ?)

Et Microsoft y a fait référence en 2005 dans ses « Mobile friendly internet searchs ».

Certains se sont demandé si ce brevet particulier de Google prouve que les données de bookmarking sont un facteur de classement.

J’appelle cela l’effet « anciens extraterrestres », où le simple fait de poser une question – aussi ridicule soit-elle – peut amener les autres à penser que le sujet est donc une possibilité.

Se pourrait-il que Google utilise le nombre de fois où votre site est mis en signet dans Chrome comme facteur dans ses algorithmes de recherche ?

Et ce brevet est-il le résultat de technologies livrées sur Terre il y a des millions d’années par adorable, curieux… extraterrestres?

La réponse est définitivement non, sur les deux plans.

Breveter une technologie ne signifie pas du tout qu’elle sera utilisée. Et si c’est le cas, des éléments de la technologie peuvent être appliqués à d’autres fins, voire par d’autres personnes et entreprises.

Se demander si les données des signets sont un facteur de classement crée un résultat de recherche qui pourrait suggérer aux autres que c’est le cas, et ainsi de suite la désinformation se perpétue.

Les preuves contre les données de signets Chrome en tant que facteur de classement

L’idée que Google utiliserait les données des signets Chrome comme facteur de classement est problématique à bien des égards :

Google a accès à de bien meilleures données

Ce que vous recherchez (requêtes), d’où vous effectuez la recherche (appareil et emplacement), les sites que vous avez visités auparavant et ce que vous avez fait sur les sites que vous avez visités (signaux de comportement de l’utilisateur) en disent tous plus à Google sur n’importe quel site chercheur.

Et ce n’est que la pointe de l’iceberg.

Les données de signet de Chrome n’ont rien sur ces informations beaucoup plus utiles.

Les signets sont dépourvus de contexte

De nombreuses autres formes de commentaires des utilisateurs fournissent un contexte plus utile que les signets. Quelles informations utiles Google pourrait-il éventuellement glaner à partir de votre bookmarking Dogtime.com ?

Vous envisagez d’avoir un chien ?

Faire un projet scolaire sur les chiens?

Ennuyé ou triste et à la recherche d’un remontant poilu avec des photos de chiens ?

Le simple fait d’avoir l’intention de revenir sur un site plus tard ne donne aucun indice utile sur Pourquoi tu veux faire ça.

Et sans le contexte d’intention, un signet n’est qu’un factoïde absurde que Google ne peut en aucun cas utiliser pour personnaliser ou améliorer l’expérience de recherche.

Les signets sont trop faciles à jouer

Pouvez-vous imaginer si les signets étaient une marchandise au même titre que les liens ?

Nous aurions des agences de création de signets, des spams de signets et des signets négatifs (à quoi cela ressemble-t-il – peut-être qu’un tas de sites pornographiques et de jeux de hasard marquent en masse votre site Web de boulangerie?).

Vous seriez en mesure d’embaucher des services VA pour vous mettre en signet moyennant des frais.

Il n’y a aucun moyen que ce soit un signal utile.

Les marque-pages Chrome comme facteur de classement : notre verdict

Les signets Chrome sont-ils un facteur de classement Google ?

Conclusion : Google n’utilise pas les données des signets Chrome comme signal de classement de recherche.

La fin.


Image en vedette : Paulo Bobita/SearchEngineJournal

Facteurs de classement : réalité ou fiction ?  Cassons quelques mythes ! [Ebook]

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici